Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TOROS textes et nouvelles de Jacques Lanfranchi
6 octobre 2021

QUAND LA MUSIQUE S'ACHEVE...De Madrid à Séville via Aliseda

 

photo 1 e lanfranchi

 

 

QUAND LA MUSIQUE S'ACHEVE

 

 

 

MADRID – LAS VENTAS - 26 septembre.

 

Par tradition, la course de Victorino Martin, clôturait le cycle Feria de Otoño. C'était le carrefour des aficionados français, ceux qui font du campo pour s'instruire, ceux qui rentrent du même lieu avec des balivernes qu'ils colportent à l'envi, et ceux qui n'iront plus.

Le lot du « Sorcier de Galapagar » fut un peu décaféiné. Seul Alberto Lamelas (second et quatrième) aura le plus d'options. Le maestro s'employa de belle manière, mêlant allegro con spiritu (rythme vigoureux) et allegro gentile (rythme vif). Quelquefois adagio (dialogue entre deux instruments …).

 

Ce concerto n'a pas plu aux gardiens du Temple (Tendido7) . Les luttes d'influence entre deux ou trois leaders entraînent plus de cacophonie que critique constructive.

L’impertinence tournant souvent à la grossièreté eu égard aux hommes en piste.

La réputation de lanceurs d'alertes de ce groupe d’aficionados se délite peu à peu...

La partition jouée sotta voce (murmure) par Lopez Chavez et Colombo ne furent pas appréciées, également.

En guise de consolation, direction « El Zocalo » (1) , n'ayant pas le don de téléportation, c'est un sympathique restaurant mexicain en face Las Ventas.

Point d'orgue dominical.

 

MADRID – LIBRERIA RODRIGUEZ- 27 septembre midi.

 

Librairie taurine par excellence (paseo Marquez de Zafra), je dépose quelques exemplaires de « DES DIEUX, DES TOROS, DES HOMMES ». Seul client, un curé en soutane « Don Luis Valiente » écclésiatique et practico - un café, un rendez vous quelques jours plus tard, la belle rencontre continue dans la paroisse d'Aliseda sur la route de Séville, terre taurine par excellence.

 

photo 2 don luis valiente

 

Trois petites notes de musique de Yves Montand pour illustrer un moment de vie.

 

SEVILLE - 1 OCTOBRE – fin d'après midi.

 

Morante de la Puebla a présenté son toreo baroque qui est à la Tauromachie ce que fut « Rhapsodie in Blue » de Georges Gershwin à la musique.

Comme le célèbre Jazz classique fit chavirer New-York en 1921, le torero fera de même avec la Real Maestranza (le temple se retrouve même lors de la voltereta, ou pendant la vuelta ).

Juan Ortega et Roca Rey proposent quelques soli à leurs « Juan Pedro Domecq », respectifs, mais ils étaient définitivement fusillés en plein vol, par la faena cathartique de « El de la Puebla ».

Le concerto Jazz était bouclé.

 

2 octobre à SEVILLE – 70 ans del « Kallista ».

 

Diego Urdiales compose un "toccata" épuré , vif, millimétré, ascétique au quatrième toro de "Garcigrande", prénommé « Francés »...

Digne par son harmonie et ses changements de rythme  de l’œuvre la plus connue du maestro Jean Sébastien Bach « Toccata en ré mineur ».

Magnifique cadeau de despedida à son banderillero.

Curro Romero, en 2015, avait fait l'élu de ses émotions en piste, du natif de la Rioja.

photo 3

Deux oreilles - Meilleure faena de la San Miguel 2021.

Jose Marie Manzanares et Angel Jimenez resteront un peu "scotchés" sur les fauteuils de l'orchestre.

 

3 OCTOBRE – même lieu, même heure.

 

Une affiche hétérodoxe « Morante et les Miura », l'équivalent de Barry White et Luciano Pavarotti avec un orchestre symphonique.(3)

La devise de Zahariche ouvre le concert avec un sardo (trois couleurs) haut sur patte, typé maison avec un cou élastique pour surveiller burladero et callejon, doté d'un poids mercurique (600kg). Détails à la cape et muleta. A son deuxième toro (sobrero de « Virgen Maria »), Morante refusa vuelta et oreille - Dia de Miura!

Manuel Escribano coupera deux oreilles à son premier exemplaire avec la puissance d'un groupe de Rythm and Blues ( Façon Bar kays et Otis Redding), avec une section cuivre omniprésente : porta gayola, banderilles, faena typée « Soul Finger » .

Pepe Moral resta sous les radars et hors projecteurs.

 

La "musique silencieuse du Toreo" (José Bergamin) s'est offert une sonorité sévillane ; (hors Saeta).

 

Je brinde ce texte au chef d'orchestre incontesté du Football français : Bernard Tapie qui fit de nos joueurs des gagnants...

 

photo 4

 

 

 

Mercredi 6 octobre 2021

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

  1. El Zocalo place de la Constitution à Mexico : le socle

  2. libération sous forme d'émotion

  3. Pavarotti and Friends Modène 2001 concert caritatif pour les réfugiés d'Afganistan

Photos Droits réservés

Commentaires
TOROS textes et nouvelles de Jacques Lanfranchi
TOROS textes et nouvelles de Jacques Lanfranchi
  • Site de Jacques Lanfranchi, "El Kallista"., aficionado écrivain . Membre de l'UBTF, Archiviste des AMIS DU MUSEE TAURIN D'ARLES, il publie ici des textes historiques, d'actualités et d'humeur! La Tauromachie, mais pas que, vous trouverez ici des références musicales, cinématographiques et sociétales mais toujours adaptées à sa passion : le monde des taureaux! Belle découverte Bonne lecture
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Archives
Newsletter
22 abonnés
Visiteurs
Depuis la création 63 460