Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TOROS textes et nouvelles de Jacques Lanfranchi
11 mai 2015

HISTOIRE DES ARÈNES D'ARLES : Allumez le feu !

Arles-ar-nes-1947097

 

Photo George

 

Allumez le feu

 

Inutile de rêver, pas de plagiat d'un célébrissime succès de notre Johnny international, non simplement relater un épisode « flamboyant » vécu par notre amphithéâtre arlésien.

 

Vicente Jorda prend les commandes de la programmation des arènes d'Arles (post deuxième guerre).

La réouverture officielle se fit le 4 mai 1947 avec un spectacle intégral.

Les cuadrillas espagnoles sont « persona non grata » en France, une pléthore de toreros mexicains sont en place en Europe du sud.

 

L'empresa annonce le cartel suivant :

IMG_1373 (2) (Copier)

 

 photo Alain Annetin

Manolo Martin Vasquez

fils du torero Curro Vasquez et frère de Pepin. Torero d'alternative depuis six ans, son parrain est Manolete, toro du Duc de Pinohermosa.

Benigno Aguado de Castro

Natif de Madrid (Algobendas), il a reçu son doctorat des mains de Pepe Bienvenida ; Toro de Carmen Federico.

Bonifacio Garcia «  El Yoni »

Sevillan né à Triana, fut fait matador de Toros par le Mexicain Alfonso Ramirez « El Calesero ».

Sa carrière fut brillante, surtout en tant que subalterne dans les cuadrillas d' Antonio Ordoñez et de César Giron où il est nommé «  El del Capote » !

 

Vaya cartel. Les toros sont de Gamero Civico (1).

 

Pas de subalternes- pas de toreros.

 

L'empresa arlésien contacte son représentant à Madrid Pedro Recorte.

On opte pour une solution Sud Américaine.

Un mexicain Carlos Vera « Cañitas » et Pepe Pulido El Columbiano (l'homme aux trois alternatives , deux dans le nouveau monde, une dans l'ancien).

Grève des subalternes résidents en France, qui exige un torero espagnol, en l’occurrence Florentino Ballesteros (homonyme du célèbre maestro de Saragosse).

Les prétentions financières de ce dernier sont telles qu'elles nécessitent l'arbitrage du sous préfet d'Arles pour trouver un «compromis ».

Un problème d'égo de Cañitas se rajoute pour la préséance dans l'ordre de la lidia.

Ballesteros avait renoncé à l'alternative et travaillait dans la cuadrilla de Cañitas avant de reprendre l'épée !

Le bétail est aussi remplacé !! Les toros sont de l'élevage Yonnet (Christophe père de Hubert).

Le refus rédhibitoire de Ballesteros est déterminé par le choix de ce fer.

 

Le paseo définitif : Cañitas, El Colombiano accompagnés de deux banderilleros Macareno et le marseillais Charles Michelet.

Pas de picador- pas de présidence. Lassé d'attendre, le public arrache bancs et chaises et les incendie !

 

Feu la corrida (photo de titre )

 

Le fauteur de troubles désigné est Florentino Ballesteros , résidant en France, il le sera quelques temps dans un lieu fermé à l'abri des regards...

 

Reste cette affiche : Véritable cartel fantôme.

 

Remerciements à Patricia et Didier Genies – propriétaires de l'affiche exposée dans leur restaurant : la Bergerie Provençale (Raphèle).

 

Samedi 25 avril 2015

Jacques Lanfranchi «  El Kallista »

 

Bibliographie

  • Histoire des arènes d'Arles LG Lacroix (UBTF 1977)

Crédits photos :

  • photo de titre George

  • photo affiche Alain Annetin

(1) Gamero Civico : origine Ibarra Parlade, proche actuellement de Samuel Flores.

Commentaires
TOROS textes et nouvelles de Jacques Lanfranchi
TOROS textes et nouvelles de Jacques Lanfranchi
  • Site de Jacques Lanfranchi, "El Kallista"., aficionado écrivain . Membre de l'UBTF, Archiviste des AMIS DU MUSEE TAURIN D'ARLES, il publie ici des textes historiques, d'actualités et d'humeur! La Tauromachie, mais pas que, vous trouverez ici des références musicales, cinématographiques et sociétales mais toujours adaptées à sa passion : le monde des taureaux! Belle découverte Bonne lecture
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Archives
Newsletter
22 abonnés
Visiteurs
Depuis la création 63 460